Le «wagon du futur» se rapproche

CFF Cargo prépare actuellement le premier «wagon du futur». Il sera moins bruyant, plus léger et plus performant que les véhicules actuels. La phase de test commencera à la mi-2017 avec 16 wagons et s’étendra sur quatre ans. Le train de demain a été configuré en collaboration avec un grand nombre de fournisseurs et de partenaires de l’industrie. CFF Cargo fait ainsi figure de pionnier à l’échelle européenne.

demonstratorzugLe «wagon du futur» est le fruit d’un concept innovant. On l’appelle aussi «train 5L», car les cinq grandes améliorations qu’il apporte commencent par la lettre «L» en allemand: «leise» (silencieux), «leicht» (léger), «laufstark» (performant), «logistikfähig» (adapté aux exigences logistiques) et «life-cycle-kostenorientiert» (orienté sur le coût du cycle de vie). Le train est constitué de wagons porte-conteneurs équipés de plusieurs composants innovants, parmi lesquels des bogies réglables au niveau radial plutôt que montés de manière fixe. Ce dispositif réduit à la fois le bruit et l’usure, ce qui profitera non seulement aux clients de CFF Cargo mais aussi aux riverains.

Efficacité accrue grâce à des attelages automatiques
Sur le «train 5L», des freins à disques viennent remplacer les traditionnels freins à sabots et les essieux sont équipés d’un silencieux. Ainsi, les wagons seront presque deux fois plus discrets qu’avant et même moins bruyants que la grande majorité de ceux qui, récemment, ont été soumis à un assainissement phonique et équipés de semelles de freins composites (semelles K). Avec 5 à 10 décibels en moins, ils seront à peine plus bruyants que les trains de voyageurs. Les wagons seront par ailleurs équipés d’attelages automatiques. Cette étape constitue un pas de plus vers l’automatisation de l’exploitation et permettra de gagner en efficacité dans les gares de triage.

Exploitation régulière dès mi-2017
CFF Cargo a développé le «train de marchandises du futur» en collaboration avec le cercle d’innovation technique du fret ferroviaire (Technischer Innovationskreis Schienengüterverkehr, TIS) et plusieurs fabricants de composants. Le projet est soutenu par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) et l’Office fédéral des transports (OFT). Le premier wagon est en cours de transformation. Une fois homologué, il entrera en exploitation régulière à partir de la mi-2017 et devra parcourir au moins 400 000 kilomètres au cours des quatre années que durera le projet. Dans un premier temps, il ne circulera qu’en Suisse. Ce n’est qu’à partir de la mi-2018 qu’il pourra franchir les frontières. D’ici à la mi-2017, 16 wagons vont être équipés en vue d’être utilisés dans un «train 5L».

Cap sur l’automatisation
CFF Cargo travaille sur plusieurs projets d’automatisation du trafic marchandises. Des systèmes intelligents équipent d’ailleurs déjà les wagons actuels: technique de pesée comme aide au chargement, surveillance de l’état des dispositifs de fermeture, identification des wagons par RFID, contrôle de la température, géolocalisation et alimentation électrique des conteneurs réfrigérés via le réseau CFF. Le train «5L» est un pas de plus dans cette direction et une première en Europe.

Auteur

SBB Cargo
SBB Cargo

867 articles

Répondre

Vous pouvez utiliser les tags suivants: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>