«Chez les femmes, on remarque immédiatement les petites erreurs»

Au lieu de faire des études, elle a décidé de cumuler un maximum d’expériences dans différents jobs: Aline Rohrbach dirige une équipe Production Cargo Régionale à Neuchâtel – elle est l’une des rares femmes à occuper cette fonction.

Aline Rohrbach

Elle nous attend sous la grosse horloge dans le hall de la gare de Neuchâtel, chaussée de sandales ouvertes. En tant que responsable de l’équipe Production Cargo Régionale (RCP) de Neuchâtel, Aline Rohrbach est toutefois habituée à porter des chaussures de sécurité qui montent au-dessus de la cheville. Et elle enfile aussi régulièrement des chaussures de trekking pour sillonner la région durant ses loisirs.

«Je suis une passionnée de randonnée, c’est pourquoi je connais très bien la région de Neuchâtel», explique-t-elle, une fois que nous nous sommes installés dans un café de la gare, avec, en fond, une musique discrète. Cela se révèle un avantage dans son nouveau travail, qu’elle n’exerce que depuis début janvier. Avec son équipe de 14 hommes, elle est responsable de la livraison et de l’enlèvement des wagons de marchandises dans la région de Neuchâtel. Leurs principaux clients sont la raffinerie de pétrole de Cressier (passée de Petroplus à Varo Energy il y a deux ans), la filiale Migros de Marin et Vigier Rail à Monsmier. Cette dernière est spécialisée dans la construction de voies ferrées et fabrique par exemple des traverses de chemin de fer.

La Romande est âgée de 32 ans et a déjà exercé plusieurs professions après son apprentissage comme employée de commerce,. Elle a été responsable du restaurant d’un bateau sur le lac de Neuchâtel, elle a géré une boutique de mode à La Chaux-de-Fonds – et elle s’y connaît en chemin de fer. Il y a huit ans, elle est arrivée aux CFF et y a entre autres été cheffe de la circulation dans les gares de Neuchâtel et Yverdon, adjointe du chef de gare à Vevey et dernièrement responsable de production suppléante chez transN, l’entreprise de transports publics neuchâteloise. «Au lieu de faire des études, j’ai décidé de cumuler un maximum d’expériences dans différents jobs.»

Elle est l’une des rares femmes à diriger une équipe Production Cargo Régionale et ses équipes à Neuchâtel et Bienne (elle y dirige aussi une équipe depuis mai) sont 100% masculines. «Chez les femmes, on remarque immédiatement les petites erreurs, c’est pourquoi je me prépare toujours très bien.» Elle se décrit comme une personne ouverte et encline à la discussion. «Mais j’ai aussi une ligne de conduite claire et ne me laisse pas mener par le bout du nez.»

Nous allons ensuite brièvement dans son bureau, qui se trouve à quelques pas de là, en face du bâtiment imposant de l’Office fédéral de la statistique. Les bureaux sont vides en cet après-midi – tous les collaborateurs RCP sont en service. Lorsqu’elle a commencé dans sa fonction en janvier, elle a dû tout de suite organiser l’emménagement à la nouvelle adresse. La salle de pause dispose d’une machine à café moderne. «Celle-là, je l’ai achetée moi-même, car il m’aurait fallu attendre trop longtemps pour obtenir l’autorisation», dit-elle en riant.

Comment des mécaniciennes, des cheffes circulation des trains et des agentes d’accompagnement des trains on-elles vécu leur entrée dans des professions ferroviaires qui étaient auparavant réservées aux hommes? Elles le racontent dans la brochure CFF «Des pionnières des CFF témoignent». Un bref résumé historique parachève la publication parue il y a deux ans. Cette dernière existe en allemand et en français et peut être commandée gratuitement à l’adresse: diversity@sbb.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.