Nouvelle: Cauchemar logistique

Et si les transports s’interrompaient soudainement?

Demain les journaux parleront sûrement de mégacatastrophe dans les transports, de grounding logistique, de cargogate, songea Rita Zumbrunn ce mercredi où le trafic marchandises fut paralysé. Mais le jeudi, aucun journal ne parut. Ou les maisons d’édition étaient à court de papier ou la rotative n’était plus approvisionnée.

Et si les transports s’interrompaient soudainement?
Et si les transports s’interrompaient soudainement?

Nul ne savait comment cette crise avait pu se produire. Mais des hypothèses farfelues fusaient. Selon les uns, il devait s’agir d’une attaque informatique sur le logiciel de toutes les entreprises de transport, selon les autres c’était plutôt le fait d’un goulot d’étranglement peut-être intentionnel en approvisionnement énergétique, qui serait exploité abusivement pour augmenter le prix de l’électricité et du pétrole. Des théories de complot circulaient. Les milieux chré-tiens voyaient un signe céleste dans la paralysie de l’économie.

Magazine Cargo 3/14

Im neuen Cargo Magazin dreht sich alles um die Faszination Güterverkehr. Das Heft ist erhältlich ab dem 24. Oktober 2014. Zum Abo.
Dans le nouveau magazine, tout tourne autour de l’esprit d’entreprise. La revue est disponible à partir du 24 octobre 2014.
Vers l’abonnement.

Une seule chose était certaine: l’économie était au point mort. Si elle avait touché d’abord les transports par rail, route, eau et air, la mégacatastrophe s’était vite étendue aux usines et même à l’exploitation agricole et forestière. Pour économiser les coûts, les entreprises avaient réduit leurs stocks. Tous se faisaient livrer just-in-time les marchandises nécessaires à la fabrication de meubles, montres, turbines et ordinateurs.

En une journée, tout s’arrêta, les installations de production n’étant plus approvisionnées. Ebauches, vis, produits semi-finis, pièces de rechange pour machines-outils, tout manquait. Même là où la production aurait encore pu tourner un temps, les directeurs stressés durent la ralentir puis l’arrêter. Les produits n’étant plus enlevés, les entrepôts furent bientôt saturés.

On aurait dit que l’économie était tombée en léthargie. Nul ne pouvait prédire si cela allait durer quelques heures ou des semaines. Dans l’après-midi, des milliers de travailleurs et d’employés rentrèrent chez eux. La radio de Rita Zumbrunn, qui était coursière à vélo, demeurait muette. Pas de commande, pas de paye…

Lisez l’article complet dans le Magazine Cargo 3/14. La revue est disponible à partir du 24 octobre 2014. Vers l’abonnement.

#cargomag

2 commentaires à “Nouvelle: Cauchemar logistique

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.