Avenir de la logistique (6): du vent dans les voiles des navires porte-conteneurs?

Une entreprise de Hambourg a développé un cerf-volant moteur qu’on peut installer sans problème sur presque n’importe quel cargo. Les bateaux propulsés par une voile et un moteur sont pour bientôt, comme le démontre le sixième article de notre série sur les innovations du trafic marchandises.

Segelschiff
Photo: Skysails

La nécessité de réduire les coûts et la protection de l’environnement pousse les armateurs et les entreprises spécialisées à renouer avec une méthode de propulsion ancestrale pour leurs bateaux: la voile. L’entreprise Skysails, basée à Hambourg, a développé un cerf-volant moteur qui s’adapte facilement à presque n’importe quel bateau et lui offre un moteur complémentaire. Depuis 2007 déjà, le porte-conteneurs BCC Skysails est tracté par un cerf-volant moteur de 160 mètres carrés, commandé par ordinateur, qui vole à une hauteur comprise entre 100 et 300 mètres. Quelques autres cargos ont déjà une telle voile à bord.

B9 Energy Group, entreprise britannique qui exploite 29 éoliennes dans son pays, a fondé une filiale de navigation il y a quelques années. À Amsterdam, des experts développent actuellement l’Ecoliner, un navire hybride voile/moteur de 8000 tonnes. Ce trois-mâts est pourvu d’un système de voiles automatique commandé par une seule personne. Sur la mer, ce cargo devrait naviguer avant tout grâce à la force éolienne. Le moteur fonctionne au méthane, obtenu à partir de la biomasse. Il sera utilisé à l’entrée au port ou lorsqu’il n’y a pas de vent.

Il n’est pas encore prouvé que ces nouveaux bateaux hybrides s’imposent face aux porte-conteneurs propulsés aux huiles lourdes, notamment en raison du prix. Mais ils représentent une première étape vers des cargos de haute mer plus respectueux de l’environnement. Les entreprises qui accordent une grande importance au développement durable et confient au chemin de fer le transport terrestre de leurs marchandises pourraient se montrer intéressées par de telles solutions de transport maritime.

Autres articles de cette série:
– Avenir de la logistique: bientôt des colis par la voie des airs?

– Avenir de la logistique (2): les camions sans chauffeur

– Avenir de la logistique (3): les méga-camions laissent songeur

– Avenir de la logistique (4): le capitaine quitte le navire

– Avenir de la logistique (5): des trains sans mécanicien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.