«Un exemple à suivre.»

Le nouveau tunnel de base du Saint-Gothard fait beaucoup parler de lui avant même son inauguration. Les médias étrangers évoquent le tunnel du siècle, un exemple à suivre ou encore une précision d’orfèvre.

En Allemagne, le quotidien Die Welt écrit: «Le tunnel fonctionne avec la précision d’une montre suisse. Et, fait inhabituel chez nous, le projet a parfaitement respecté les exigences de calendrier et de budget.»

«Comment s’explique cette véritable supériorité suisse dans le domaine des grands projets?», s’interroge également le quotidien Handelsblatt. «En Allemagne, que l’on considère la philharmonie de l’Elbe, le grand aéroport de Berlin ou encore Stuttgart 21, les derniers grands chantiers de construction ont tous en commun d’avoir détérioré l’image du pays. Peut-être pourrait-on s’inspirer un peu de la Suisse, tant au niveau de la planification que de l’exécution», poursuit le journal économique.

En France, Le Figaro cite Le Temps: «Une fois de plus, l’Homme a vaincu la montagne. La Suisse fait ce qu’elle a promis à l’Europe: percer sous les Alpes le plus long tunnel ferroviaire du monde, pour offrir une voie rapide sur l’axe de transit nord-sud». Et d’ajouter: «Sous leurs montagnes, les Suisses ont creusé le tunnel du siècle.» Le journal poursuit en indiquant que le tunnel à lui seul ne suffira pas et qu’il conviendrait d’aménager des lignes d’accès à l’étranger.

La chaîne de télévision France 3 parle d’«exemple à suivre», estimant que le tunnel de base du Saint-Gothard pourrait inspirer un projet en France ou le développement de la liaison Lyon-Turin.

Le journal italien Corriere della Sera évoque pour sa part un «bijou d’ingénierie suisse»: «Les travaux d’excavation ont duré de 1999 à 2011, ce qui représente 4 millions d’heures de travail au total».

«Le transfert du trafic vers un tunnel permet de préserver la beauté des Alpes», peut-on entendre dans un reportage vidéo diffusé sur la chaîne de télévision britannique Sky News.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *