Formation de mécanicien: un poste avec de belles perspectives

Plus de 30 intéressés se sont retrouvés à Olten pour en apprendre davantage sur la formation de mécanicien de locomotive à CFF Cargo. L’un d’eux a même parcouru plusieurs centaines de kilomètres pour assister à la présentation.

La salle était presque comble, les participants attentifs. Plus de 30 intéressés, dont cinq femmes, ont participé à la séance d’information qui s’est tenue fin avril à Olten. Certains d’entre eux ont déjà terminé un apprentissage et sont désormais à la recherche d’un nouveau défi professionnel. D’autres rêvent du métier de mécanicien de locomotive depuis qu’ils ont accompagné leur oncle dans la cabine de conduite étant petits.

Les représentants de CFF Cargo se réjouissent de l’intérêt suscité par leur présentation. En effet, il y a actuellement une pénurie de mécaniciens de locomotive. À ce jour, CFF Cargo en emploie près de 650. Mais en raison de différents chantiers, des formations de sécurité pour la signalisation en cabine (ETCS) Level 2 et de la prochaine vague de départs à la retraite, il existe un réel besoin en personnel.

C’est pourquoi CFF Cargo organise régulièrement des séances d’information au sujet de la formation de mécanicien de locomotive. Les intéressés en apprennent davantage sur les exigences requises et la formation, et ils ont un premier aperçu du quotidien d’un mécanicien de locomotive chez CFF Cargo.

Le récit d’Andreas Hofer, mécanicen de locomotive qui a terminé sa formation chez CFF Cargo en 1988, a particulièrement intéressé les personnes présentes. Andreas Hofer aime endosser des responsabilités, il parle des avantages et des inconvénients des horaires irréguliers, ainsi que de ce qui se passe en cas d’accident ou d’autres complications sur le trajet. Il raconte également le plaisir qu’il ressent lorsqu’il retrouve ses collègues au dépôt à l’issue de sa journée de travail, et ses trajets en solitaire à travers les paysages enneigés. Et c’est avec un grand sourire qu’Urs Schär, examinateur, ajoute que le métier de mécanicienne et mécanicien de locomotive garantit de belles perspectives! D’un point de vue professionnel, CFF Cargo offre également d’excellents débouchés: après une formation réussie, les diplômés ont la garantie d’un emploi fixe, ainsi que de bonnes opportunités de formation continue.

Pour candidater à un poste de mécanicien de locomotive, il faut impérativement maîtriser une deuxième langue nationale. Cela inquiète bon nombre de participants, et notamment un candidat venu du nord de l’Allemagne. Il parle le danois, le suédois, le finlandais et il comprend même l’islandais, mais il ne maîtrise absolument pas le français, ni l’italien. Andreas Ingold, responsable du personnel des locomotives à Olten, se montre confiant: «Un jeune homme si doué en langues n’aura aucune peine à en apprendre une autre.»

Déjà paru:
Andreas Järmann, mécanicien Cargo: travailler reste un plaisir
Gilles Durgniat, mécanicien Cargo: «Chaque train est différent»

Pour plus d’informations sur la formation chez CFF Cargo, et pour connaître la date de la prochaine séance d’informations, consultez le site www.cff.ch/mecanicien-de-locomotive

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *