Pour Marcelino Mantilla, le Saint-Gothard n’a jamais été un obstacle

Marcelino Mantilla, responsable du team Production régionale de CFF Cargo à la douane de Chiasso, est fasciné par le Saint-Gothard, un endroit magique pour lui. Enfant déjà, il l’a souvent traversé pour jouer des matchs de football.

Marcelino Mantilla (51) est habitué au travail d’équipe: avant de devenir responsable du centre de douanes de Chiasso et délégué CFF Cargo pour le Tessin, il était footballeur. Pendant les années 80, il a ainsi joué comme milieu de terrain à différents niveaux dans les clubs de Chiasso et de Mendrisio. Son expérience en matière de travail intensif en équipe ainsi que de prise de décisions stratégiques et tactiques lui a donc été utile lors de sa transition dans la vie active.

Aujourd’hui, le délégué CFF Cargo pour le Tessin est chargé d’améliorer, de faciliter et d’accélérer l’échange de marchandises sur l’axe nord-sud, notamment en vue de l’ouverture du tunnel de base du Saint-Gothard, qui aura de fortes répercussions sur le trafic marchandises. «Nous investissons beaucoup dans les nouvelles technologies», affirme-t-il. «Celles-ci nous permettent d’être mieux préparés et plus efficaces dans les processus de transport ferroviaire.

Aujourd’hui, différents projets sont en cours dans le domaine de l’attelage automatique des wagons et de la modernisation des opérations de manoeuvre. Chez CFF Cargo, l’aspect sécurité est omniprésent: on étudie actuellement la possibilité d’équiper les wagons de GPS et de systèmes d’alarme dotés de capteurs qui préviendront la centrale en cas de danger ou de non-conformité pendant le transport.»

Quelle est la taille de la flotte? «Nous comptons environ 7000 wagons; la plupart sont munis de sabots de freins silencieux ou sont de nouvelle génération, et génèrent donc des émissions sonores plus réduites. Le fret ferroviaire se prépare au mieux aux défis à venir et veut saisir toutes les opportunités offertes par le tunnel de base du Saint-Gothard.»

Marcelino Mantilla pense constamment au Saint-Gothard, et ce pas seulement dans le cadre de son travail. Il se souvient par exemple de l’interruption de la ligne de chemin de fer en 2012. Un éboulement sur les voies entre Erstfeld et Göschenen, dans le canton d’Uri, a obligé les trains de marchandises en transit entre la Suisse et l’Italie à dévier vers Domodossola; une situation qui n’a duré qu’un mois mais qui a isolé le Tessin.

Que va changer le tunnel de base du Saint-Gothard? «Il facilitera la communication entre les peuples. Tout sera plus rapide mais aussi moins visible puisque le voyage se fera principalement dans le tunnel. Ce dernier simplifiera également la migration pendulaire des Tessinois vers le nord et pourquoi pas aussi dans le sens inverse.»

Et la montagne? Marcelino Mantilla traverse régulièrement la région du Saint-Gothard et profite du trajet pour travailler. Souvent, il fait une pause pour contempler le paysage, ses bâtiments aux architectures diverses et la nature environnante. Lorsqu’il pense à ce massif, nombreuses sont les images qui lui viennent à l’esprit: le camping en haute Léventine quand il était enfant, les promenades en montagne, les déplacements avec son équipe: «Je connais le Saint-Gothard grâce aux matchs en déplacement. J’ai joué pratiquement dans toutes les divisions du football suisse et, depuis mon plus jeune âge, de nombreux matchs se jouaient de l’autre côté du Saint-Gothard.

Nous y allions presque toujours en bus, parfois en train. Je me souviens du premier match à l’extérieur et du joyeux voyage avec mes coéquipiers. Toutefois, je ne vois pas le Saint-Gothard uniquement comme une barrière à surmonter pour se rendre dans les villes et les stades. Il était et il reste un endroit magique parce qu’il invite à imaginer un ailleurs, à la fois visible et invisible, que l’ondevine au-delà de ses limites.»

 

Le livre sur l’ouverture du tunnel de base du Saint-Gothard

Aucun doute possible, la Suisse écrit une nouvelle page de l’histoire au Saint-Gothard. Un livre publié à l’occasion de l’ouverture du tunnel de base du Saint-Gothard relate l’histoire de 57 personnes qui ont un lien particulier avec l’ouvrage du siècle. Le portrait présenté ici est issu de ce livre.

L’inauguration officielle du tunnel, le 1er juin prochain, sera une journée historique pour l’Europe et pour la Suisse, qui célébrera cet événement en grande pompe. Ce sera également le lancement officiel du livre spécialement publié pour l’occasion.

Intitulé «57 personnes – 57 histoires – Le tunnel de base du Saint-Gothard: l’ouvrage du siècle», ce recueil d’histoires sera disponible au début du mois de juin sur la boutique en ligne des CFF, à certains guichets CFF ainsi que dans le commerce. Une vente spéciale sera également organisée lors des festivités d’inauguration les 4 et 5 juin 2016.

Les photos des 57 portraits ont été prises par le célèbre photographe suisse Markus Bühler-Rasom, tandis qu’une équipe d’auteurs confirmés s’est chargée de la rédaction des textes.

Disponible dès début juin 2016. Prix de vente: CHF 48.–

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *