Markus Schütz aime les grands animaux et les longs tunnels

Le responsable des chargements du cirque Knie organise le transport du matériel sur les 41 lieux de représentation de Suisse, en grande partie avec CFF Cargo. Il ne sait pas encore s’il pourra circuler à travers le tunnel du Saint-Gothard avec le train du cirque.

Markus Schütz part d’un grand éclat de rire. Non, quand il était petit, il n’était pas question de passer des vacances au Tessin. Ses parents tenaient une exploitation agricole dans la région bernoise et ne quittaient pratiquement jamais la ferme.

Markus Schütz a pris le contre-pied de ce mode de vie: en tant que chef du chargement du Cirque National Suisse des Frères Knie, Markus Schütz est constamment sur les routes ou les rails. De la mi-mars à la fin novembre, il organise le transport du volumineux matériel du cirque entre les 41 sites de représentation. Pas moins de 2433 kilomètres sont ainsi parcourus en train, le reste en camion. Le Cirque Knie est l’un des plus anciens clients des CFF: cela fait 95 ans qu’il leur est fidèle. Deux trains spéciaux avec un total de 51 wagons sont mis à la disposition du cirque. «Une rallonge a été soudée au milieu de wagons plats conventionnels», explique fièrement Markus Schütz. «On peut y charger deux caravanes. Et pour qu’on sache que ce train nous est attitré, nous y avons mis des autocollants Knie.»

Pour une telle entreprise, la logistique doit être une mécanique bien huilée. Pendant la dernière représentation, le matériel des numéros terminés est chargé au fur et à mesure dans les wagons. Markus Schütz doit veiller à ce que le matériel nécessaire pour planter le chapiteau et abriter les animaux puisse être déchargé en premier une fois le train à destination. «Il faut toujours que je me souvienne du type de rampe que nous allons trouver à la gare d’arrivée, car les caravanes ne peuvent pas être manoeuvrées en marche arrière. Dans certaines gares, les rampes fixes ont même été supprimées pour des raisons de coût. Une rampe mobile est alors mise à notre disposition. Il faut deux heures pour l’assembler mais elle fonctionne très bien!», se félicite Markus Schütz. Cette rampe a été développée spécialement pour le Cirque Knie sur mandat des CFF.

Lorsque le cirque change de site, tout le monde est déjà à pied d’oeuvre à six heures du matin pour monter le chapiteau. Grâce à la bonne collaboration entre les cheminots et le personnel du cirque, Markus Schütz parvient généralement à tenir les délais. Et malgré les inévitables retards occasionnels, jamais aucune représentation n’a dû être annulée à cause de problèmes liés au transport du matériel.

Même quand un éboulement a interrompu la ligne du Saint-Gothard en 2015, le train spécial a pu se faufiler à temps. Et quand plusieurs wagons ont déraillé pendant une manoeuvre, une grue a été acheminée sur place en un temps record pour remettre les wagons sur les rails. «Ce n’est arrivé qu’au clown Spidi de rentrer vraiment trop tard, un soir où il avait traîné un peu trop longtemps dans une auberge avec quelques collègues, après une représentation. Notre train était déjà parti, avec toutes les roulottes. Les gaillards sont montés dans un train voyageurs et ils pensaient qu’ils n’avaient pas besoin d’acheter de billets», se remémore-t-il en riant de bon coeur.

Jusqu’en 2008, le chef du chargement était aussi responsable du transport ferroviaire de la ménagerie du cirque. Depuis, les animaux ont troqué les wagons contre les semi-remorques, ce qui leur permet entre autres d’arriver plus rapidement à destination. «J’aimais particulièrement les éléphants», confie Markus Schütz, qui se déclare fasciné par «la sensibilité et l’intelligence des mastodontes».

Le «Monsieur Transport» du Cirque Knie se prépare-t-il à traverser le tunnel de base du Saint-Gothard avec tout son chargement? «Nous en discutons avec les CFF», révèle-t-il. «Pour des raisons de sécurité, nos trains ne peuvent pas dépasser les 80 km/h. Cela risque de freiner considérablement le trafic. Mais je me réjouis dans tous les cas de tester ce trajet à grande vitesse pendant mon temps libre!

Partie 1: Marcelino Mantilla

Partie 2: Bernd Vienna

 

 

Parution de deux livres à l’occasion de l’ouverture du tunnel de base

Aucun doute possible, la Suisse écrit une nouvelle page de l’histoire au Saint-Gothard. Un livre publié à l’occasion de l’ouverture du tunnel de base du Saint-Gothard relate l’histoire de 57 personnes qui ont un lien particulier avec l’ouvrage du siècle. Le portrait présenté ici est issu de ce livre.

Intitulé «57 personnes – 57 histoires – Le tunnel de base du Saint-Gothard: l’ouvrage du siècle», ce recueil d’histoires sera disponible au début du mois de juin sur la boutique en ligne des CFF, à certains guichets CFF ainsi que dans le commerce. Une vente spéciale sera également organisée lors des festivités d’inauguration les 4 et 5 juin 2016.

Les photos des 57 portraits ont été prises par le célèbre photographe suisse Markus Bühler-Rasom, tandis qu’une équipe d’auteurs confirmés s’est chargée de la rédaction des textes. (Prix de vente: CHF 48.–)

Le livre illustré «Voyage au cœur du Saint-Gothard – Le nouveau tunnel ferroviaire en images» de Konrad Beck, pour petits et grands, vient de paraître aux éditions Rossolis. Sous une forme ludique, il fournit de nombreuses informations sur la construction et l’exploitation de l’ouvrage du siècle.

Ce livre, qui s’adresse aux enfants à partir de 7 ans, grouille d’illustrations détaillées. On y trouve également un superbe dépliant panoramique de quatre pages au milieu. Cet ouvrage aussi instructif que divertissant est proposé à un prix de 25 francs environ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *