Portugal – Retour du trafic ferroviaire de fret

Le rail connaît actuellement un renouveau au Portugal. La privatisation de CP Carga étant décidée, les opérateurs du trafic marchandises améliorent leurs équipements.

En raison de ses problèmes économiques, l’UE a demandé au Portugal d’appliquer des mesures d’austérité drastiques. La privatisation de sociétés d’État en fait partie. L’année dernière, CP Carga, qui a fait partie jusque là de la compagnie publique Comboios de Portugal (CP), a été vendue à l’opérateur ferroviaire MSC Rail Portugal, une société affiliée à l’armement Mediterranean Shipping Company, domicilié à Genève.

L’autorité chargée de la concurrence ayant donné son aval, l’acquisition a pu être bouclée en janvier 2016. Après avoir subi des pertes pendant bien des années, CP Carga (nouvelle raison sociale: Medlog – Transportes e Logística) bénéficiera de gros investissements qui feront d’elle la plus grande compagnie ferroviaire de transport de marchandises du Portugal et de l’Espagne. La compagnie aligne des trains complets et wagons complets sur presque tout le réseau portugais.

Actuellement, les opérations de traction sont assurées par des locomotives électriques modernes de Siemens des séries 5600 (Eurosprinter) et 4700. Les locomotives de type 1900, construites par Alstom au cours des années 1980, sont en revanche obsolètes.

Deux concurrents se disputent le marché
L’offensive de MSC Rail avec CP Carga va intensifier la concurrence avec Takargo. Cette dernière est la première compagnie ferroviaire portugaise privée. Entrée en service en 2008, elle appartient au groupe du secteur BTP Mota Engil. La société se concentre sur les trains complets surtout entre le Portugal et l’Espagne. Une joint-venture a en outre été créée sous le nom d’Ibercargo avec l’espagnole Comsa Rail Transport.

Ein Holzzug von Takargo in Valença mit Holz aus dem spanischen Galizien für die portugiesischen Papierfabriken. Photo: Christian Bruun
Un train de Takargo à Valença transportant du bois de la Galice (Espagne) vers les usines de papier portugaises. Photo: Christian Bruun

Via Valença et la Linha do Minho, des trains de bois  circulent depuis la Galice en Espagne jusqu’aux usines de papier portugaises près de Figueira da Foz. Via la Linha da Beira Alta et Vilar Formoso, du papier et de l’acier sont acheminés vers des destinations espagnoles telles qu’El Espartal (Aragon) et Sagonte. S’y ajoutent des trains complets de produits chimiques et matériaux de construction en trafic domestique portugais. En décembre 2015, Takargo a été chargée de transporter du kérosène de la raffinerie de Sines jusqu’à l’aéroport de Faros dans le sud du Portugal. Avec 1 M. de t nettes acheminées, 2015 a été la meilleure année jusqu’ici.

Les signes distinctifs «extérieurs» de Takargo sont ses sept locomotives diesel performantes de type Euro 4000. Ce choix s’explique aussi par les manœuvres à effectuer lors des livraisons aux entreprises. La traction diesel de bout en bout entraîne pourtant la circulation sous fil de contact sur de longues distances. C’est aussi vrai pour la Linha da Beira Alta de Pampilhosa vers Vilar Foromoso avec une déclivité de 20 pour mille. Avec le programme de modernisation du gouvernement portugais, les lignes non électrifiées sont de plus en plus courtes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.