Des jeans par fer – De Wuhan à Marseille

Depuis quelque temps, il y a de plus en plus de liaisons ferroviaires directes pour marchandises entre la Chine et l’Europe. Ces services sont considérés comme option intéressante par rapport au trafic maritime ou aérien. Une chaîne textile française fait transporter ses marchandises par rail jusqu’à Marseille et compte ainsi améliorer son bilan carbone.

stack of blue jeans isolated on white
Photo: Thinkstock

Les jeans de la chaîne textile française Kaporal sont acheminés par train à destination de l’Europe. C’est ce qu’a annoncé la société dont le siège social se trouve à Marseille. Pour ce faire, Kaporal fait appel aux services de la société logistique française Geodis qui a lancé en juin le premier train de marchandises depuis Wuhan en Chine en direction de l’Europe de l’Ouest.

Le voyage par train (11 300 km) a duré 18 jours et la destination était Venissieux-Saint-Priest près de Lyon. La route de la Chine vers la France était calquée sur la route de la Soie bien connue. Le transport ferroviaire permet à la société textile de faire baisser la durée du transport et les coûts. S’y ajoute une amélioration de l’empreinte carbone, par comparaison avec le transport par avion.

La mission de Geodis en Chine consiste surtout à assurer l’enlèvement des marchandises chez les différents producteurs et à les expédier par fer vers l’Ouest. L’itinéraire passe par la Chine, le Kazakhstan, la Russie, la Biélorussie, la Pologne, l’Allemagne et la France. Arrivé en France, le fret va à Grans près de Marseille où se trouve la plate-forme logistique de Geodis. 10 M. de pièces sont livrées chaque année depuis ce site aux magasins de Kaporal. L’objectif étant de faire circuler à l’avenir trois trains de marchandises pour Kaporal de la Chine vers la France.

Kim Pedersen, directeur général freight forwarding de Geodis, a précisé que le premier voyage a également posé de nombreux défis. Pour ce train de marchandises, il a ainsi fallu au total 20 conducteurs dans les sept pays traversés et procéder à huit changements de locomotive. Sans oublier que les marchandises ont été transbordées trois fois en raison d’un changement d’écartement de voie.

Pedersen considère la liaison ferroviaire entre la Chine et la France comme solution intéressante par rapport au transport classique par voie maritime. Ce dernier dure en effet jusqu’à 30 jours. Il souligne en outre les taux de fret très volatiles du transport maritime.

Rôle croissant de la baisse des émissions de CO2
En proposant le transport ferroviaire de marchandises, le groupe Geodis applique un point central de la «Corporate Social Responsability»: la baissse des émissions de CO2. Il est bien connu que dans ce domaine, le trafic ferroviaire fait nettement mieux que le transport par camion ou avion.

La baisse des émissions de CO2 était d’ailleurs un aspect important pour Kaporal. Vincent Allal, patron de la division logistique de Kaporal, estime que le transport ferroviaire constitue aussi une «véritable option par rapport au trafic aérien», un mode de transport que la chaîne textile avait également envisagé d’utiliser dans un premier temps.

Une durée de transport de 18 jours est tout à fait acceptable pour l’entreprise et l’aspect financier n’est pas non plus négligeable. C’est que les coûts du transport ont baissé de moitié. S’y ajoute l’aspect de la durabilité qui joue actuellement un rôle croissant au sein des entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *