Économiser de l’énergie, optimiser la consommation et investir dans les énergies durables

Voyager en train préserve l’environnement, ménage les ressources et économise de l’énergie. Pour acheminer 16% des voyageurs et 37% des marchandises, le chemin de fer utilise seulement 5% de la consommation d’énergie des transports en Suisse.

Le fret ferroviaire consomme sept fois moins d’énergie, émet onze fois moins de gaz à effet de serre et requiert sept fois moins de place. Les trains des CFF sont aujourd’hui déjà alimentés en courant électrique d’origine hydraulique à 90%, les 10% résiduels provenant de l’énergie nucléaire. D’ici à 2025, tout le courant de traction proviendra de sources renouvelables.

Économiser de l’énergie

D’ici à 2030, les CFF entendent économiser 850 GWh par an, soit près de 30% de leur consommation totale d’énergie ou l’équivalent de la consommation annuelle de 200 000 ménages. Pour atteindre cet objectif ambitieux, les CFF mettent en œuvre de vastes mesures d’économie d’énergie dans toutes les divisions, notamment au niveau du trafic voyageurs et marchandises ainsi que des bâtiments et des installations de l’infrastructure ferroviaire. Un groupe de projet de CFF Cargo élabore des mesures concrètes pour réduire les besoins énergétiques. Il étudie en outre de nouvelles technologies, encourage les systèmes d’assistance à la conduite et s’efforce d’optimiser la conception d’horaires.

Optimiser la consommation

L’interaction optimale entre horaire, exploitation ferroviaire et manière de conduire du personnel des locomotives influe fortement sur l’efficacité énergétique du chemin de fer. Le personnel des locomotives est formé à la conduite économe en énergie lors des formations de base et continue. Le système innovant de régulation adaptative (ADL), aussi appelé onde verte du chemin de fer, fournit des recommandations prévisionnelles de conduite au personnel des locomotives dans la cabine de conduite afin de lui permettre par exemple d’éviter les arrêts non planifiés provoqués par des signaux. Les trains circulent ainsi de manière plus fluide tout en utilisant l’énergie de manière plus rationnelle et en ménageant le matériel. L’ADL permet aux CFF d’économiser chaque année près de 90 GWh de courant de traction. Solution innovante développée par les CFF, l’ADL a remporté en 2016 le «Watt d’Or», prestigieuse distinction de l’Office fédéral de l’énergie.

Les trains de voyageurs et de marchandises empruntent le nouveau tunnel de base du Saint-Gothard. La nuit, lorsqu’aucun train de voyageurs ne circule, les trains de marchandises peuvent traverser le tunnel plus lentement et ainsi économiser de l’énergie. La résistance aérodynamique diminue d’autant plus que la vitesse est réduite. Ce phénomène est particulièrement tangible dans les tunnels, où l’écoulement de l’air est très limité. C’est pourquoi les trains de marchandises qui circulent de nuit dans le tunnel ne dépassent pas 80 km/h. Les temps de parcours demeurent cependant identiques, car les trains de marchandises ne sont pas tenus d’observer un arrêt à l’entrée et à la sortie du tunnel.

Locomotive hybride H3

Énergie durable

Le courant de traction provient en grande partie de centrales hydrauliques appartenant à l’entreprise. Celles-ci font également l’objet de mesures de renforcement de l’efficacité énergétique. Fin 2017, les CFF ont adopté un plan d’action dans le cadre de l’initiative Exemplarité énergétique (EEC) afin de mieux exploiter le potentiel des nouvelles énergies renouvelables que sont le photovoltaïque, l’énergie éolienne et la petite hydraulique. Peu à peu, les combustibles et carburants fossiles seront abandonnés et les gaz techniques des installations de commutation et de réfrigération seront remplacés par des alternatives plus respectueuses de l’environnement. Cela permettra de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 50% d’ici à 2030. Les émissions restantes seront compensées.

Début 2021, les CFF comptaient environ 700 véhicules sur rails roulant au diesel utilisés pour les travaux d’entretien, sur les chantiers, pour le transport de marchandises sur le dernier kilomètre, les manœuvres ainsi que les interventions d’extinction et de sauvetage. L’objectif est de réduire l’utilisation de diesel fossile de 50% d’ici 2030 (soit 5 millions de litres de diesel) et de 92% d’ici 2040. À cet effet, les CFF misent principalement sur l’entraînement électrique lorsqu’il leur faut remplacer les véhicules diesel actuels ou acheter de nouveaux véhicules. Les avancées technologiques en matière de batterie permettent d’avoir davantage recours à l’alimentation par batterie qui peut être complétée par le pantographe si besoin est. D’autres vecteurs énergétiques comme l’hydrogène, le diesel synthétique, le méthanol ou l’ammoniac sont en cours d’évaluation à cette fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.