Une planification précise pour un transport efficace

CFF Cargo établit des prévisions poussées pour satisfaire au mieux sa clientèle grâce aux moyens dont elle dispose. Une méthode efficace pour la société et ses clients. Le nouvel outil de planification des transports est désormais utilisé. Andreas Andresen a participé à son développement et nous le présente.

Les clients Cargo font des réservations à court terme. Or, la société planifie à long terme. Il ne saurait en être autrement (nombre de sillons restreint, gestion du roulement des locomotives, répartition des mécaniciens et du personnel de manœuvre). Un dilemme difficile à résoudre? Ce n’est pas l’avis d’Andreas Andresen. Avec trois collègues, ce mathématicien de 37 ans a redéfini la planification des transports de CFF Cargo. Ensemble, ils ont étudié la question pendant deux ans et demi: «Nos ressources doivent répondre parfaitement aux besoins de notre clientèle.»

Le nom du projet était déjà défini lorsqu’ils ont tous les quatre commencé leur travail: «CargOrakel». Dans l’Antiquité, un oracle était une réponse donnée par une divinité via un prophète ou un rituel. Et A. Andresen d’ajouter: «Soyez sans crainte, il n’y a rien de surnaturel dans notre démarche. Cela ne me correspondrait pas.»

Un développement sur mesure

Andreas Andresen, collaborateur de projet CargOrakel

Le nouveau modèle de prévision est bien concret. Il repose sur des techniques de prévision éprouvées et fait appel à l’intelligence artificielle. A. Andresen et ses collègues ont développé l’outil pour les besoins spécifiques de l’entreprise. «Un logiciel classique n’était pas envisageable; les modèles existants ne nous convenaient pas», précise A. Andresen. Qu’à cela ne tienne: nous allons en développer un! Il avait déjà dû procéder ainsi à son tout premier poste après avoir obtenu son doctorat à Berlin. À l’époque, il avait développé un filtre antispam pour un fabricant mondial de logiciels.

En réalité, CFF Cargo disposait déjà auparavant d’un outil de planification du trafic. Mais il exploitait uniquement les données de l’année précédente, d’où une certaine imprécision sur les capacités de transport requises. Les modifications survenant en cours d’année (nouveaux trains, suppressions de trains et fluctuations quantitatives) n’étaient pas systématiquement enregistrées. «La planification s’effectuait manuellement; les prévisions sur le trafic étaient imprécises», précise A. Andresen. En outre, l’horaire du trafic marchandises se composait d’une multitude de fichiers Excel, ce qui est loin d’être moderne.

CargOrakel permet de planifier les transports de manière plus fiable.
Andreas Andresen, collaborateur de projet CargOrakel

Anticiper les fluctuations

CFF Cargo compte tirer un avantage du nouvel outil de planification numérique, qu’il reste à mettre au point. Celui-ci devra intégrer tous les paramètres connus en matière de transports futurs, donc ceux des vendeurs et des planificateurs. Cela implique une étroite collaboration. «Toutes les informations doivent être exploitées, sans exception», dit A. Andresen, poursuivant ainsi: «Grâce à l’échange de données automatisé, nous cernerons les besoins exacts de chaque client et y répondrons judicieusement. Nous disposerons d’une meilleure vue d’ensemble des prestations à fournir sur un horizon de quatre mois. Nous utiliserons ainsi nos ressources de manière ciblée.»

Cela paraît abstrait, mais l’avantage de cet outil est indéniable. En cas de révision dans un atelier d’un client, les suppressions de train dues à un arrêt de production de trois semaines seront rapidement intégrées dans l’horaire. De plus, CFF Cargo pourra mieux gérer les fluctuations saisonnières. Par exemple: en été, on consomme davantage d’eau minérale qu’en hiver, d’où une hausse des transports d’approvisionnement. Le nouvel outil de planification tient compte de ce type de variations.

Des avantages pour la clientèle

C’est dans le trafic par wagons complets que cet outil sera le plus avantageux. Une planification précise permettra de bien remplir les trains. En trafic par wagons complets, le risque de rentabilité des charges est entièrement supporté par CFF Cargo. Pour la société, un transport composé d’une locomotive et de trois wagons est aussi peu rentable qu’un train direct quasiment vide mis en circulation par CFF Voyageurs durant une pandémie.

L’amélioration de la planification du trafic profitera en premier lieu à CFF Cargo. Mais elle présente également des avantages directs et indirects pour la clientèle. Le nouvel outil aura un effet sur la ponctualité des trains et la flexibilité en trafic marchandises. De ce fait, il serait peu probable qu’une réservation soit refusée en raison d’un manque de sillons ou d’engins de traction. A. Andresen ajoute en guise de conclusion: «Nous pouvons tous tirer profit d’une meilleure planification et d’une maîtrise des retards de production.»

Photos: Yves Stuber

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.