«Chez moi, les journées de travail ne se ressemblent jamais»

Sans locomotives ni wagons, pas de transports! Les agents de maintenance de CFF Cargo ont une grande responsabilité. Jegan Ratnam est responsable du centre de compétences Maintenance des locomotives. En quoi consiste son travail? Et quels sont ses conseils en matière de carrière? C’est ce qu’il révèle dans cette interview.

Est-ce que tu te plais chez CFF Cargo?

Oui, assez! Sinon, je ne serais pas depuis plus de 20 ans chez CFF Cargo. (rires) 

Quelles en sont les caractéristiques?

Un facteur important est que notre équipe est bien rodée. Nous avons une grande cohésion d’équipe et une grande motivation. Il n’en a toutefois pas toujours été ainsi: il y a quatre ans, nous avons déménagé de Bâle à Dietikon et j’ai dû reconstituer mon équipe. Le recrutement était un peu difficile à l’époque: il y avait par exemple encore un autre modèle de tours de travail. Heureusement, c’est terminé! 

Y a-t-il d’autres raisons à ta fidélité de longue date à CFF Cargo?

J’ai un travail très varié. Le matin, je fais souvent le tour de l’atelier, je réponds aux e-mails et j’assume la gestion opérationnelle de l’atelier. Qu’en est-il? Avec les membres du personnel, je m’assure que nous sommes sur la bonne voie avec nos travaux, et vérifie si nous devons établir des priorités et éventuellement prendre d’autres mesures. À titre d’exemple, la production, c’est-à-dire le secteur responsable de l’exécution des transports, peut avoir besoin à court terme de locomotives supplémentaires, encore en réparation chez nous dans la halle. Là, nous devons foncer. Je hiérarchise les travaux à effectuer avec les responsables de manière à ce que ces locomotives soient disponibles le plus rapidement possible et, le cas échéant, nous prenons d’autres mesures. En outre, il y a des questions de personnel et divers projets. Chez moi, les journées de travail ne se ressemblent jamais, cela reste donc passionnant, même après 20 ans. 

En tant qu’agent de maintenance, Jegan Ratnam conduit également des locomotives, mais uniquement dans la limite des manœuvres et à une vitesse ne dépassant pas 40 km/h. 

Que fait ton équipe dans les ateliers?

Pour faire simple, nous sommes chargés de veiller à ce que les locomotives fonctionnent à la perfection. Si ce n’est pas le cas, elles viennent chez nous et nous, le personnel de la maintenance, nous les réparons. De plus, nous effectuons un entretien préventif, c’est-à-dire des travaux de service réguliers. C’est comparable au service pour une voiture, mais à une échelle beaucoup plus grande. Ici aussi, c’est la diversité qui fait la différence. Un jour, un membre du personnel change peut-être des semelles de frein, le lendemain, il analyse une panne complexe du système de freinage et le jour suivant, il démonte et remonte complètement un système de climatisation. Lors de la planification, nous veillons explicitement à varier les activités. Les collaboratrices et les collaborateurs l’apprécient beaucoup.  

Il n’y a donc pas de spécialiste?

Si, les spécialistes sont également nécessaires. Nous sommes organisés de la manière suivante: au RBL: nous nous occupons de 3 types de locomotives de ligne et de 3 types de locomotives de manœuvre. Tous les membres du personnel ont une compréhension globale de tous les types de véhicules par domaine d’intervention et en assurent l’entretien préventif. De plus, les équipes sont spécialisées dans certains types de véhicules, et certains membres du personnel dans certains systèmes. Les spécialistes interviennent en cas de travaux d’une certaine complexité.  

Dans le domaine de la maintenance, il est nécessaire de travailler de temps en temps pendant les heures creuses. Comment motiver le personnel?

Il s’agit de donner et de recevoir. Je suis également flexible lorsque mes collaboratrices et collaborateurs souhaitent par exemple prendre congé un jour donné. Je m’efforce d’assurer l’organisation.
Autre principe important: les collaboratrices et collaborateurs sont conscients de ce qu’ils apportent à CFF Cargo. Une grande partie de nos locomotives sont envoyées à la gare de triage de Limmattal (RBL) pour y subir des travaux d’entretien. Nous sommes fiers d’assumer une telle responsabilité. 

Revenons à toi: as-tu toujours voulu devenir agent de maintenance?

Non, au départ, je voulais faire un apprentissage de commerce. Mais mes connaissances linguistiques n’étaient pas suffisantes. Quand il m’a fallu choisir une profession, cela faisait à peine six ans que j’étais en Suisse. J’ai alors fait un apprentissage d’électromécanicien – aujourd’hui d’automaticien – chez un fabricant de tramways. J’ai ensuite commencé à travailler chez CFF Cargo comme agent de maintenance. Grâce à des formations internes et externes, j’ai pu évoluer vers le poste de responsable de système, chargé de l’encadrement des apprentis. L’étape suivante a consisté à organiser les activités quotidiennes en tant que chef d’équipe. À Bâle, j’ai dirigé une équipe de 35 personnes avant de constituer mon équipe ici, à Dietikon. Aujourd’hui, je suis content de ne pas avoir fait une formation de commerce! 

Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite suivre une voie similaire?

Je recommande de travailler d’abord sur le terrain et d’y acquérir des connaissances. Ce n’est pas déterminant pour une fonction d’encadrement, mais cela aide énormément. On peut ainsi s’exprimer avec pertinence en tout temps. Et les perfectionnements internes et externes sont essentiels. 

Que doit apporter un futur agent de maintenance?

De l’intérêt pour la technique et de la curiosité. Nous formons d’abord les nouveaux membres du personnel pendant un à deux ans. Ils acquièrent les connaissances au cours de ce que l’on appelle l’«onboarding». 

Quelle est la responsabilité d’un agent de maintenance?

Nous avons une grande responsabilité en matière de qualité et de sécurité. Si quelque chose ne va pas, les conséquences peuvent être désastreuses. Il suffit de ne pas serrer correctement une vis, ne serait-ce qu’une seule fois. La responsabilité s’applique au véhicule, à nous-mêmes et à nos collègues de team. La sécurité est la priorité absolue. 

Quelle est la prochaine étape de ta carrière?

Je suis maintenant arrivé à une situation qui me convient. Il est également important pour moi d’avoir un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée, afin de consacrer du temps à ma famille. Je peux imaginer un autre approfondissement dans un nouveau domaine: maintenant, je suis ici à la maintenance des locomotives, mais nous avons encore beaucoup d’autres secteurs d’activité. Le mélange d’activités actuel me convient parfaitement. 

Travailler comme mécanicien de locomotive chez CFF Cargo et faire bouger la Suisse vous intéresse? Vous trouverez toutes les informations ici: Technicien ne de maintenance | CFF 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.