Une passerelle pour concilier protection de la nature et protection du climat

Le terminal de conteneurs Gateway Basel Nord sera construit sur une surface qui abrite des animaux et des plantes rares. Afin de réduire autant que possible l’impact sur la nature, des habitats de substitution ainsi qu’une passerelle naturelle à travers le terminal sont mis en place.

À la fin des années1980,la Deutsche Bahn a mis fin à l’exploitation de la gare de triage badoise de Bâle. Depuis lors, un biotope de prairies et pâturages secs dignes de protection s’est développé sur le site d’une bonne vingtaine d’hectares entre les rails et le ballast. Des arbres, des arbustes et des fleurs rares ainsi que des espèces animales, telles que des orthoptères, des escargots et des reptiles, ont investi les lieux.

Ce lieu particulier est le théâtre d’un conflit opposant protection du climat et protection de la nature. En effet, avec le Gateway Basel Nord, un terminal de conteneurs trimodal raccordé aux axes routiers, ferroviaires et fluviaux doit voir le jour ici. «Ce projet contribue notablement au transfert du transport de marchandises sur le rail et, partant, à la réduction des émissions de CO2 et à la protection du climat», explique Martin Haller. En tant que membre du conseil d’administration de Gateway Basel Nord AG, ce dernier supervise le projet du côté de CFF Cargo. «Même si le site est destiné à une utilisation logistique dans le plan directeur cantonal, nous prenons très au sérieux notre responsabilité en matière de biodiversité », ajoute-t-il. Les coûts de planification des mesures de protection de la nature sont désormais aussi élevés que ceux de la planification du terminal lui-même.

Afin de réduire autant que possible l’impact sur la nature, différentes mesures de remplacement sont prévues: sur une surface d’au moins 4000 mètres carrés, une passerelle naturelle doit passer au-dessus du terminal pour camions et du futur bassin portuaire 3. «Ce faisant, des corridors migratoires resteront ouverts pour les animaux», explique Martin Haller. «Une grande partie du site sera toujours composée de rails et de ballast, comme c’était le cas de la gare de triage de Baden». Dans l’actuelle forêt d’exploitation commerciale à Hard Pratteln, la gare de triage de Muttenz et sur des terres agricoles à Langen Erlen, de nouveaux habitats précieux seront créés grâce à des mesures de revalorisation écologique. Avec 45 hectares, les surfaces de remplacement sont environ quatre fois plus étendues celles du futur terminal de conteneurs.

Une fois achevé, le Gateway Basel Nord sera le plus grand terminal de conteneurs de Suisse. La passerelle naturelle prévue ne reliera alors pas seulement des habitats entre eux, mais permettra aux visiteurs de découvrir au plus près, depuis une terrasse, l’alliance de la nature et de la logistique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.