L’étude du marché de la logistique met en évidence le besoin en nouveaux terminaux

Nous manquons, en Suisse, de grands terminaux performants pour le transbordement de conteneurs. C’est la conclusion que tire l’«étude du marché logistique Suisse 2013», récemment publiée par GS1, la fédération de la branche. La chaire de gestion logistique de l’université de St-Gall est partenaire de l’étude.

Les auteurs font observer qu’on compte effectivement un certain nombre de petits terminaux, qui sont exploités à 85%. Leurs capacités sont particulièrement bien exploitées chaque année, entre octobre et janvier, et on constate même parfois des goulets d’étranglement. Selon eux, il n’existe pas de grands terminaux disposant de longueurs de voie de 750 mètres. Les auteurs en concluent donc que «l’infrastructure n’est plus assez moderne et qu’elle n’est pas compatible avec un développement au niveau européen».

«L’étude montre que la Suisse a besoin de nouveaux terminaux performants pour couvrir les besoins et pour permettre un transbordement efficient. CFF Cargo prévoit, pour ce faire, la construction de terminaux à Dietikon et à Bâle», ajoute Beat Lampart, chef de projet pour CFF Cargo, en commentaire au résultat. Les deux terminaux prévus sont destinés à l’import/export de conteneurs: celui de Dietikon, dans le Limmattal près de Zurich, doit en premier lieu transborder des trains de marchandises internationaux sur le réseau suisse du trafic par wagons complets, celui de Bâle doit assurer le transbordement entre bateau, route et rail.

Les auteurs de l’étude ont également analysé la manière dont le volume des conteneurs arrivant dans les Ports Rhénans Suisses pourrait évoluer. Ils en concluent que, indépendamment de la situation économique, «on peut en tout cas s’attendre à une forte augmentation de l’arrivage de conteneurs dans les Ports Rhénans Suisses». Ils supposent que la quantité pourrait plus que doubler d’ici 2030. Pour Beat Lampart, cela ne fait aucun doute: «Nous avons besoin des terminaux de Bâle Nord et de Limmattal afin de disposer des capacités de transbordement nécessaires au futur trafic de conteneurs».

L’«Etude du marché logistique Suisse 2013» peut être commandée sur www.logistikmarkt.ch (Allemand et Français).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *