«La proportion du rail dans la répartition modale est excellente»

«Trafic ferroviaire de marchandises – La Suisse en tant que modèle?» Le dernier numéro du magazine Cargo se penche sur la question. Des voix provenant d’autres pays que la Suisse s’expriment également dans plusieurs posts de ce blog. A commencer par la société de conseil allemande SCI Verkehr qui a récemment présenté l’étude «Marché européen pour le trafic ferroviaire de marchandises».

Maria Leenen
Maria Leenen, CEO de la société de conseil SCI Verkehr

L’étude «Marché européen pour le trafic ferroviaire de marchandises» analyse aussi la situation de la Suisse en comparaison avec d’autres pays. Maria Leenen, CEO de la société de conseil SCI Verkehr, en commente certaines conclusions au cours de cette interview.

Comment se positionne la Suisse par rapport aux autres pays?
Maria Leenen: De manière générale, la Suisse fait figure de modèle en tant que pays ferroviaire. Cela est dû en particulier à un fort soutien de la part du gouvernement mais aussi de la population.  La proportion du rail dans la répartition modale, aussi bien dans le trafic des voyageurs que dans le trafic de marchandises, est excellente en comparaison avec les autres pays européens Le rail occupe une place largement plus importante en Suisse qu’en Allemagne où la voiture est reine. Le soutien y est nettement moindre en raison du puissant lobby automobile. Cela se reflète entre autres dans les investissements par habitant dans le rail, faibles en comparaison avec ceux de la Suisse.

Pourtant, le trafic par wagons complets isolés est sous pression en Suisse aussi?
La situation du trafic par wagons isolés reste délicate. Mis à part certains transports de marchandises dangereuses, il peut en effet être relativement facilement transféré sur la route. En période économique difficile, la concurrence des chargeurs s’accroît puisqu’il leur arrive d’assurer des transports ne couvrant pas les coûts lorsque les capacités ne sont pas pleinement exploitées. Puisque les prix de sillons constituent une composante de coûts importante dans le secteur ferroviaire et qu’ils sont fixés à long terme, le rail n’a aucune marge de manœuvre lui permettant de réagir rapidement.

Et si l’économie se relance?
Cela devient très rare qu’ensuite, on transfère à nouveau le trafic sur le rail. C’est ce qui rend l’évaluation de l’avenir du trafic par wagons isolés difficile. Il est en tout cas indispensable de conclure des alliances internationales comme Xrail pour rendre le produit plus attrayant et pour l’exploiter de façon plus efficace.

Quelles sont les autres options dont disposent les sociétés de trafic ferroviaire de marchandises pour éviter de se trouver en difficulté?
Surtout optimiser les coûts, aussi concernant la traction et la maintenance du matériel roulant. Ensuite conclure des alliances de manière à atteindre une taille critique. Mais surtout mieux prendre les besoins des clients en considération.

Extrait de l’«Analyse de la performance du transport ferroviaire en Europe»
La Suisse est caractérisée par un modèle intégré d’organisation comprenant réseau et exploitation. Parallèlement, la marge de manœuvre entrepreneuriale est possible dans un cadre concurrentiel donné – surtout dans le trafic de marchandises. La proportion du rail dans la répartition modale, aussi bien dans le trafic des voyageurs que dans le trafic de marchandises, est excellente en comparaison avec les autres pays européens La Suisse est le seul pays de comparaison à avoir étendu son réseau ferroviaire depuis 1994. L’importance du rail est soulignée par la plus haute valeur relative des prestations de trafic voyageurs par rapport au nombre d’habitants. Le fort besoin en infrastructure se manifeste dans l’intensité d’utilisation du réseau ferré qui se trouve être la plus grande de tous les pays de comparaison. La Suisse est le pays consacrant le plus de subventions publiques globales au rail après l’Autriche – par rapport à la prestation de transport.

Téléchargement gratuit du résumé de l’étude

Le dernier numéro du magazine Cargo met en lumière la question «Trafic ferroviaire de marchandises – La Suisse en tant que modèle?».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *