«Le trafic de marchandises par wagons isolés est la discipline reine»

Alexander Hedderich, DB Schenker Rail

Le trafic de marchandises par wagons isolés est la colonne vertébrale du trafic ferroviaire de marchandises, affirme Alexander Hedderich, CEO de DB Schenker Rail.  L’entreprise de transport ferroviaire de marchandises sise à Mayence est une filiale de la Deutsche Bahn (DB) active dans toute l’Europe, d’Espagne jusqu’en Russie. Elle dispose de la plus grande flotte du continent.

En Suisse, le rail a beaucoup plus de parts de marché que dans les autres pays européens. La Suisse est-elle un modèle pour vous?
Alexander Hedderich: Bien sûr que la Suisse est un modèle pour beaucoup en Europe, car elle accorde une grande importance au trafic ferroviaire de marchandises. Ce qui ne va pas de soi dans d’autres pays.

Le trafic de marchandises par wagons isolés subit une forte pression à l’international, et certains pays comme l’Italie l’ont supprimé. A-t-il encore un avenir?
Alexander Hedderich: Le trafic de marchandises par wagons isolés est la colonne vertébrale du trafic ferroviaire de marchandises et nous continuerons de le proposer à nos clients. C’est la discipline reine, car déplacer des trains complets d’un point A à un point B est à la portée de tout le monde. Mais le contexte est difficile et nous devons améliorer en permanence le système des wagons isolés, parfois même le réinventer. C’est précisément là que se situe notre action avec notre nouveau modèle commercial de société ferroviaire de réseau, ainsi qu’avec l’alliance Xrail.

Que doivent faire les entreprises de transport de marchandises pour être prêtes à affronter l’avenir?
Alexander Hedderich: Elles doivent être en mesure de proposer des solutions de transport homogènes dans toute l’Europe avec un haut niveau de qualité. Cela implique une implantation dans toute l’Europe, des processus épurés et bien définis et surtout des collaborateurs qui accompagnent ce mouvement européen. C’est seulement dans ces conditions que le trafic ferroviaire de marchandises peut rester compétitif face aux autres modes de transport.

Le dernier numéro du magazine Cargo met en lumière la question «Trafic ferroviaire de marchandises – La Suisse en tant que modèle?».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *