Une bosse pas comme les autres

Vous connaissiez la bosse du commerce, la bosse du dromadaire et la bosse des maths, voilà la bosse de débranchement. Cette butte de 4 m de haut est un rouage essentiel des gares de triage.

La bosse de débranchement sert à trier les wagons isolés de leur rame initiale pour les incorporer dans de nouveaux trains de marchandises. Voilà comment cela fonctionne: les wagons récupérés sur les différentes voies de raccordement sont poussés par une locomotive sur la bosse de débranchement. Avec une longue barre de métal, un collaborateur de Production Cargo y décroche ensuite les attelages. Les wagons dévalent alors la bosse de débranchement et sont orientés via un aiguillage vers l’une des nombreuses voies de destination.

Le système utilise donc la gravité, comme un circuit à billes pour enfant. Dans la gare de triage de Limmattal, la plus grande de Suisse pour les wagons de marchandises, il existe 64 de ces voies de destination. Jusqu’à 300 wagons par heure peuvent y être triés, le gros de l’activité ayant lieu la nuit. Les gares de Lausanne Triage, Däniken, Zurich-Mülligen et les gares de triage frontalières de Bâle, Chiasso et Buchs (SG) disposent également de ce type de dispositifs.

Pour que les wagons ne se télescopent pas après leur descente, on utilise des sabots d’arrêt ou, comme à la gare de triage de Limmattal, des freins de voie. Des barrières lumineuses et des contacts y contrôlent que chaque wagon arrive à la vitesse prévue sur la bonne voie. Et pour les froides nuits d’hiver, un restaurant du personnel permet de se réchauffer et peut-être de se payer une bosse de rire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *