«Le jeu en valait la chandelle» – une année TWC 2017.

Cela fait aujourd’hui exactement un an que nous avons lancé le trafic de marchandises par wagons complets 2017 (TWC 2017). Le plus long tunnel ferroviaire du monde a également été mis en service il y a un an: le tunnel de base du Saint-Gothard. Rétrospective.

C’était le 11 décembre 2016, jour du changement d’horaire. Parallèlement à la mise en service officielle du nouveau tunnel de base du Saint-Gothard, le lancement du TWC 2017 représentait un défi de taille pour les clients du trafic de marchandises par wagons isolés ainsi que pour les collaborateurs de CFF Cargo. Le plus grand changement d’horaire de l’histoire de CFF Cargo a été planifié pendant des années avant d’être finalement mis en œuvre en décembre de l’année dernière, avec des sentiments mêlant joie, impatience mais aussi un peu de crainte face au changement. Environ 100 collaborateurs de CFF Cargo étaient alors venus en aide aux clients sur place, au moment du changement de système.

Débuts difficiles, grosse mobilisation.

Malgré une préparation prudente et intense, les débuts du TWC 2017 se sont avérés extrêmement laborieux, surtout pour les clients de Cargo Rail. «On dirait que CFF Cargo ne sait plus comment on fait rouler les trains», a déclaré un client valaisan à l’époque. CFF Cargo a dû, au cours de cette phase, comprendre et résoudre les problèmes survenus dans toutes les étapes du processus global. Les quantités commandées dans le TWC sur la base de 2015 ne correspondaient par exemple plus aux exigences de transport de 2017 et on a dû faire face à des problèmes techniques. «Nous avons été obligés de reconnaître que tout était entièrement nouveau avec le TWC 2017, même les problèmes et la recherche de solutions», explique Christoph Gabrisch, responsable du trafic par wagons complets, avec le recul, «les expériences passées ne nous servaient à rien, il a fallu que les collègues de CFF Cargo se mettent rapidement en mode apprentissage, ce qui a requis un énorme engagement de la part de nos collaborateurs et une confiance sans faille.»

Le feu est passé au vert pour tous les champs d’action.

Après un premier semestre difficile avec le TWC 2017, les processus se sont depuis stabilisés. Et au cours du dernier trimestre 2017, Christoph Gabrisch a pu annoncer pour la première fois que le feu était passé au vert pour tous les champs d’action – pour des volumes plus élevés qu’initialement prévu. «Notre but était d’y parvenir beaucoup plus tôt mais je suis tout de même très content du niveau atteint et je suis fier de tous les collaborateurs qui ont contribué à stabiliser le TWC.» Il faut maintenant continuer sur cette lancée et commencer en 2018 à chercher de façon ciblée de meilleures solutions pour répondre aux demandes des clients concernant l’offre Cargo Rail. Peut-on donc dire que le lancement du TWC 2017 en valait la chandelle? «Absolument!», Christoph Gabrisch en est persuadé, «l’ancien système sans pilotage ne serait à l’avenir pas en mesure de faire face aux exigences de transport quotidiennes fluctuantes. Le TWC 2017 permet à nos clients de mieux planifier nos prestations et les a rendues plus transparentes et plus fiables qu’avant. Nous disposons, par ailleurs, de davantage de capacités dans le trafic de marchandises par wagons isolés et, par conséquent, de nouvelles possibilités de nous développer avec nos clients dans Express et Rail.»

Le tunnel de base du Saint-Gothard – chiffres et faits au terme de la première année.

Parallèlement au lancement du TWC 2017, nous avons procédé à la mise en service du plus long tunnel ferroviaire du monde: le tunnel de base du Saint-Gothard. Celui-ci revêt une importance capitale pour le trafic de marchandises sur l’axe nord-sud. Les cinq entreprises de transport ferroviaire (ETF marchandises) opérant actuellement sur l’axe du Gothard n’ont émis aucune réserve et ont jugé que la première année d’exploitation, qui a fait suite à la mise en service du tunnel de base du Saint-Gothard, s’était bien déroulée et que les retombées étaient positives. L’exploitation du trafic fait preuve d’une grande fiabilité et d’une qualité de production élevée de sorte que les sillons horaires prévus pour traverser le tunnel peuvent être respectés et parfois même inférieurs à ce qui était prévu. La part de trafic de marchandises traversant le TBG par le rail se monte à environ 64% pour la première année d’exploitation. Après une baisse de volume du trafic normale pour la saison pendant les premières semaines qui ont suivi le changement d’horaire, le trafic de marchandises affiche des volumes réguliers de 116 trains par jour depuis février 2017. Près de 85% de ces trains de marchandises circulent pour CFF Cargo et SBB Cargo International. Les volumes de charge fixés (nord-sud: jusqu’à 1600 tonnes, sud-nord: jusqu’à 1400 tonnes) sont garantis. L’abandon du trajet par la ligne de faîte permet aux trains de marchandises d’être tractés par moins de locomotives et avec une plus grande efficience par l’axe du Gothard. Le gain d’efficience se fera pleinement ressentir fin 2020 lors de la mise en service du tunnel de base du Ceneri et du corridor de 4 m entre Bâle et Chiasso.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *