Fraîches et fragiles

Les bananes constituent un cinquième du commerce mondial de biens périssables et sont aussi très fragiles. Le détaillant suisse Migros et Chiquita optimisent leur transport grâce à des caisses innovantes.

La banane est le fruit le plus populaire de notre planète, même si elle pèle parfois. Les quelque 17 M. de bananes exportées chaque année à l’échelle mondiale et qui représentent environ 20% des biens périssables, sont aujourd’hui de la sorte «Cavendish». Cette dernière succède au «Gros Michel» que nos grands-parents mangeaient. La maladie de Panama est venue à bout du «Gros Michel» ou «Big Mike» au cours des années 1960. C’est une banane plus petite, la sorte Cavendish du Vietnam, qui a pris la relève. Elle résiste certes mieux aux maladies, mais constitue un défi pour le transporteur. Cette banane à la peaurès sensible n’apprécie ni les variations de température, ni les fréquents réemballages, les chocs ou les secousses pendant le transport.

La «princesse au petit pois»
Le Gros Michel pouvait être transporté par régime, mais c’est exclu pour la Cavendish. Le fournisseur Chiquita et la division transport du détaillant Migros (FCM) ont donc décidé de mettre au point, conjointement, un contenant réutilisable (en service depuis 2002) fait sur mesure pour répondre aux propriétés de ce fruit incurvé et fragile.

Migros_Banane_RPBCDans lesdits «Returnable Plastic Banana Container», ou RPBC, les bananes sont entreposées sur divers planchers intermédiaires, ce qui protège mieux les fruits fragiles pendant toute la durée du transport. Une telle caisse, dont les dimensions sont adaptées aux dimensions internes d’un conteneur reefer, peut être manutentionnée comme une palette classique. Aussi haute qu’un homme, elle est pliable après utilisation. Les contenants RPBC sont acheminés dans le cadre d’une rotation distincte entre les plantations de bananiers en Amérique du Sud et les mûrisseries de bananes de la Migros en Suisse. Une fois mûres, les bananes sont emballées dans des boîtes pratiques de la Migros avant d’être transportées jusqu’aux diverses succursales. Grâce à ce concept innovant de boîte, Migros économise chaque année plus de 0,5 M. de cartons de bananes.

Tout autour du monde
Même si les bananes sont entreposées dans des RPBC depuis le début du voyage jusqu’à la fin de leur mûrissement, ce fret fragile a besoin d’une enveloppe protectrice supplémentaire. Des conteneurs reefer garantissant une température comprise entre 13 et 15 °C sont donc indispensables. Dans la navigation maritime, les porte-conteneurs classiques ont le vent en poupe: alors qu’en 2007 quelque 72% des bananes étaient acheminées traditionnellement par des navires reefer, cette part est retombée à 52%. Les petits navires spécialisés se font peu à peu évincer par les grands bâtiments polyvalents.

Actuellement, la Migros coopère avec Chiquita et d’autres fournisseurs pour étudier comment la boîte RPBC pourrait être optimisée. Des améliorations sont prévues dans la manutention lors de l’emballage, le déchargement après le mûrissement et la protection des fruits pendant l’emballage, le transport et la distribution. Le nouveau modèle ne doit pas seulement faire baisser la consommation de cartons, mais aussi améliorer de façon significative les opérations et les délais de transport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *