Double inauguration

Une liaison pour le transport ferroviaire de remorques Grande-Bretagne–Espagne sera ouverte au port de Calais. Pour ce faire, un terminal adapté au système de chargement Lohr vient d’être inauguré. Anitra Green, correspondante de l’ITJ, était présente.

Le nouveau terminal et Viia Britanica se lancent. Photo: A. Green
Le nouveau terminal et Viia Britanica se lancent. Photo: A. Green

L’exploitation commerciale du nouveau terminal ferroviaire du port de Boulogne Calais et du service de Viia Britanica entre la Grande-Bretagne et l’Espagne commencera le 12 janvier 2016. Une démonstration de l’autoroute ferroviaire entre Le Boulou et Calais via le nouveau terminal intermodal a été faite dès la mi-octobre. Le bassin de chalandise du terminal comprend la Grande-Bretagne, la Belgique et le nord-ouest de la France dans le nord ainsi que le sud-ouest de la France et la Catalogne dans le sud.

Un nouveau terminal…
Les investissements dans le nouveau terminal (7 M. d’EUR) ont été financés par le port de Calais et l’UE. Le terminal a été conçu pour les nouveaux wagons surbaissés de Lohr Industrie, développés pour le transbordement rapide de remorques.

La nouvelle installation fait partie du projet de construction du port de Calais qui devrait s’achever en 2021. Objectifs: répondre à la croissance pronostiquée du trafic transmanche de 40% d’ici 2030, et ce par le biais d’installations intermodales, et adapter les quais afin de pouvoir accueillir des ferries ro-ro de 240 m de long. Avec le port de Boulogne, Calais va se charger à l’avenir des trafics passagers et marchandises.

… et un nouveau service
Dans un premier temps, Viia Britanica opérera chaque jour un train Calais–Le Boulou (à la frontière franco-espagnole) et vice versa. Plus tard, la fréquence sera doublée. Sur cette ligne de 1200 km, les trains ro-la circuleront à une vitesse moyenne de 60 km/h. Ils mettront donc un jour de moins que la route et permettront d’économiser 1 t de CO2 par an et par remorque.

Viia Britanica devrait transporter 25 000 remorques en 2016, puis 40 000 unités par an au cours des cinq années suivantes. Le terminal est conçu pour un tel trafic.  Rappelons que le nouveau service est la troisième autoroute ferroviaire de Viia Britanica après les lignes Bettembourg (Luxembourg)–Le Boulou et Aiton–Orbassano (Italie). D’autres projets sont en voie de préparation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.