La collaboration entre CFF Cargo, ÖBB Rail Cargo Group, PJM et Mercitalia Rail se poursuit

Début juin, à l’occasion du salon «transport logistic» 2019 à Munich, les quatre parte-naires ont confirmé qu’ils poursuivront leur collaboration en vue du développement et de l’introduction de la préparation semi-automatique des trains, une solution systé-mique qui prévoit entre autres l’intégration de l’essai automatique des freins. Par ce projet commun, les partenaires entendent créer les bases d’un standard en matière de com-munication In-Train.

Deux ans après le lancement de la coopération entre CFF Cargo et ÖBB Rail Cargo Group, entreprises auxquelles s’est jointe Mercitalia Rail, le bilan s’avère très positif. Les entreprises de transport ferroviaire ont collaboré avec PJM pour ce qui concerne l’essai des freins et l’intégration du système. Après de nombreuses courses effectuées avec un train de test en 2017, CFF Cargo a installé à présent le système d’essai automatique des freins sur une centaine de wagons du trafic combiné national. Les tests de fonctionnement de l’essai automatique des freins commenceront en été 2019. Ils font partie du processus national d’homologation et d’autorisation. Par les travaux qu’ils ont exécutés, les participants au projet ont posé les bases de l’architecture (matériel, électronique, logiciel) d’applications déterminantes pour la sécurité des trains et des véhicules qui les composent.

CFF Cargo table sur une homologation du système d’ici à la mi-2020. En combinaison avec l’attelage automatique et le système d’alerte anti-collision sur les locomotives de manœuvre, l’essai automatique des freins constitue le troisième élément de la manœuvre à une seule personne, voulue par CFF Cargo. «L’exploitation à une seule personne renforce notablement notre efficacité. Cela bénéficie à la clientèle et renforce la compétitivité du fret ferroviaire face à la route. Nous développons aussi l’automatisation pour compenser la vague de départs à la retraite prévue pour ces prochaines années et le manque de relève», ajoute Nicolas Perrin, CEO de CFF Cargo.

PJM a conçu et réalisé l’essai automatique des freins, qui fait partie de la préparation des trains à l’exploitation. L’essai automatique des freins numérise l’état des freins des wagons d’un convoi et l’affiche sur un appareil mobile (p. ex. tablette). Les collaboratrices et collaborateurs peuvent prendre connaissance de l’état des freins sur leur appareil mobile.

Le projet ne s’est pas seulement concentré sur les gains de temps, mais aussi sur les questions de sécurité: l’automatisation du système vise également à accroître encore le niveau de sécurité déjà élevé de la préparation des trains.

Intégration de la surveillance et de l’automatisation

Le monde numérique offre de nombreuses opportunités; mais surtout, il est porteur d’avantages considérables pour les transporteurs. PJM a rapidement identifié la nécessité de recourir aux solutions numériques pour le fret ferroviaire et, avec le système de surveillance breveté WaggonTracker, elle joue un rôle pionnier dans la numérisation du trafic de marchandises. WaggonTracker combine la surveillance et l’automatisation, et offre au gestionnaire de la flotte une solution globale solide, qui permettra de réduire fortement les coûts et d’accroître notablement l’efficacité. Le système fournit d’importantes informations en temps réel sur la flotte, et automatise des processus fastidieux. «Le système WaggonTracker a été combiné avec une installation électronique de sécurité qui surveille l’état des freins de façon fiable. Le mécanicien prend connaissance du résultat sur sa tablette», décrivent les CEO Martin Joch et Günter Petschnig. En ce qui concerne l’exploitation et les véhicules, l’essai automatique des freins répond à l’ensemble des directives déterminantes en matière de sécurité.

Compétences spécifiques diverses pour un concept global

Jusqu’à présent, l’étroite collaboration entre le producteur et les entreprises de transport ferroviaire constitue le facteur clé du succès. Dans ce contexte, chacun a donné sa part de valeur ajoutée, multipliant les synergies possibles. Le producteur a fourni les compétences techniques en matière d’électronique et de logiciel, alors que les entreprises de transport ferroviaire ont contribué, avec leur propre savoir-faire, à créer des plus-values sur les processus opérationnels et le système ferroviaire dans son ensemble. En matière de standards de sécurité, tous les partenaires ont la même référence: pour le développement de systèmes dans l’ensemble du contexte ferroviaire, c’est la norme européenne EN 50126 qui s’applique. Ce standard constitue une référence compatible avec les entreprises de transport ferroviaire aussi.

En l’absence de système existant, les partenaires ont dû faire face à des difficultés non négligeables en cours de développement.

Comme une attestation de sécurité conforme aux Common Safety Methods (CSM) pour l’essai automatique des freins, PJM et FFS Cargo doivent établir des rapports de sécurité pour tous les composants du système. Ainsi, CFF Cargo transfère de l’humain à la technologie une partie de la responsabilité de la sécurité afin de répondre aux standards de sécurité opérationnelle.

Investissement dans les trains de marchandises intelligents

Actuellement, l’essai des freins se fait manuellement dans le domaine du fret ferroviaire: à chaque fois qu’un train est assemblé, un collaborateur doit vérifier manuellement le bon fonctionnement des freins de chaque wagon avant le départ du train. À l’avenir, cette opération sera automatisée. Ce faisant, l’entreprise de transport ferroviaire gagne en fiabilité et accroît la sécurité du personnel de la manœuvre et de la préparation des trains.

Avec le développement international des produits destinés au fret ferroviaire, les solutions globales développées peuvent être testées par-delà les frontières nationales, en Suisse, en Italie et en Autriche. Cela accélère les procédures d’homologation au niveau européen. Ce projet est une étape majeure dans le développement technologique du fret ferroviaire. Ainsi, non seulement l’interopérabilité sera garantie, mais des standards ouverts seront aussi testés pour le fret européen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *