Trafic par wagons complets

Débat entre experts: «L’heure de l’automatisation du fret ferroviaire a sonné»

En mai dernier, CFF Cargo a été la première entreprise de fret ferroviaire d’Europe à introduire l’attelage automatique pour ses transports. En combinaison avec l’essai automatique des freins et le système d’alerte anticollision sur les locomotives de manœuvre, l’attelage automatique est constitutif de l’exploitation à une seule personne. Ces trois technologies secondent l’agent de manœuvre lors de la préparation des trains.

L’attelage automatique fait son entrée à CFF Cargo

Depuis début mai, des trains de CFF Cargo circulent avec des attelages automatiques. Quelque 100 wagons et 25 locs destinés au trafic combiné intérieur ont été modifiés l’an dernier à cet effet. C’est une première étape importante vers l’automatisation partielle du dernier kilomètre de l’exploitation ferroviaire. CFF Cargo joue ici un rôle de pionnier européen. La Confédération appuie ce projet pilote par ses investissements. Elle appelle de ses vœux une impulsion vers la nécessaire modernisation du fret ferroviaire.

Début de la deuxième phase d’analyse des points de desserte

Annoncée en mars 21018, l’analyse des points de desserte faiblement fréquentés entre à présent dans une nouvelle phase. Ces prochains mois, CFF Cargo analysera 140 points de desserte supplémentaires dans toute la Suisse, impossibles à exploiter de manière rentable en raison de leur faible fréquentation. CFF Cargo envisagera les solutions possibles avec les clients concernés.

CFF Cargo assainit ses activités et renforce le trafic par wagons systématique entre les espaces économiques.

Le trafic marchandises est en pleine mutation: alors que SBB Cargo International a amélioré son résultat en 2017, la demande a fortement baissé dans le domaine du trafic par wagons isolés en Suisse. Dans ce contexte, le fret ferroviaire se repositionne en renforçant le trafic par wagons systématique de manière à garantir des solutions d’approvisionnement efficaces aux espaces économiques. Dans le domaine irrégulier et très fragmenté du trafic par wagons isolés, près de 170 points de desserte vont être examinés en concertation avec les clients d’ici à 2023, et les autres options possibles vont être étudiées. L’objectif est de renouer avec les chiffres noirs en 2020 et ainsi, de devenir at-tractif pour un partenaire qui participerait à la planification stratégique des ac-tivités. Au vu des développements requis, il s’avère malheureusement néces-saire de supprimer 330 postes sur les 2200 actuels d’ici à 2020. CFF Cargo va exploiter activement les possibilités offertes par l’automatisation et le numérique, tout en prenant le temps nécessaire à leur mise en place. D’ici à la fin de l’année 2023, CFF Cargo pourra vraisemblablement continuer à fournir ses prestations avec 800 collaborateurs de moins qu’à l’heure actuelle. Dans le même temps, 750 collaborateurs vont cependant quitter l’entreprise via les fluctuations naturelles, en raison notamment de plusieurs centaines de départs en retraites. Lors de cette phase de transition, l’accent est mis sur la nécessité d’offrir des perspectives aux collaborateurs:
CFF Cargo est prête à investir 10 millions de francs dans le perfectionnement de son personnel afin de le préparer à l’utilisation des nouvelles technologies. Les partenaires sociaux, les collaborateurs et les clients seront étroitement impliqués dans les processus concernés.

Pourquoi les marchandises doivent arriver à point nommé.

À l’avenir, l’objectif du groupe CFF SA en matière de ponctualité prendra en compte les valeurs de ponctualité de CFF Cargo à hauteur de 20%, bien que la ponctualité soit mesurée de manière différente pour le trafic voyageurs et le trafic marchandises. Roland Walter, le «Monsieur ponctualité» de CFF Cargo, nous révèle pourquoi cette nouveauté fait sens et pourquoi la ponctualité est essentielle pour le trafic marchandises.